# Le mot du designer

Officiellement, le design industriel est défini comme « une activité créatrice dont le but est de déterminer les propriétés formelles des objets produits industriellement ». Plus simplement, le designer a pour mission de donner sa forme à un produit. Cette forme est avant tout l’identité de ce produit, bien qu’elle puisse aussi contribuer à remplir d’autres fonctions, comme l’ergonomie par exemple. Mais comment s’assurer que cette forme est bien liée à l’identité de votre produit ?

Un coup d’œil dans le rétro … ou la tendance au fil du temps

Le simple fait de dessiner des objets, produits, appareils à une période précise positionne automatiquement un objet dans son époque. Les designers étant toujours très friands des nouveautés dans les matériaux, les procédés de fabrication… leurs objets, leurs concepts sont empreints du/des process en vogue, des matériaux et des avancées technologiques.

Ainsi, avec l’apparition du plastique par exemple et de procédés industriellement élaborés, tel que le thermoformage ou l’injection, nous sommes capables, avec une bonne connaissance en histoire de l’art ou histoire industrielle, d’indiquer à quelle période appartiennent le Téléphone Ericofon de LM. Ericsson ou la Panton Chair du designer Verner Panton.

                    téléphone     panton chair

Un peu plus tôt dans le siècle, on peut trouver divers objets très typés, nés du streamlining – 1930 → 1950 – à l’origine, un style automobile né de l’aérodynamisme. Les designers se sont engouffrés dans cette brèche technologique mise en valeur par les ingénieurs du monde automobile, pour concevoir les objets de la vie domestique que l’on trouve à cette époque. Fer à repasser, radio, …

                          fer à repasser   airfoil  voiture

Si nous nous amusons à jeter un œil sur les années 80, ces dernières sont plutôt tournées vers des challenges technologiques : travailler/jouer avec de nouvelles matières, de nouveaux procédés de fabrication. Le tout associer à la technologie de l’appareil à concevoir. On s’impose des défis en apportant une impression de douceur grâce aux courbes, à un matériau réputer rigide tel que le métal.

méridienne        cafetière

En entrant dans le 21e siècle, la tendance sera de jouer avec l’avancée toujours plus performante dans les matériaux plastiques et leur process de fabrication, couplée à la mécanique, l’électronique. L’apparition de la RFID et du wifi donneront naissance au 1er objet connecté. En 2005, La société VIOLET portée par l’entrepreneur Français Rafi Haladjian lancera le Nabaztag, qui deviendra l’icône des objets connectés. Ce lapin connecté en Wi-Fi peut déjà lire des mails à haute voix, émettre des signaux visuels et diffuser de la musique. L’objet est toujours commercialisé aujourd’hui, sous le nom de Karotz.

Nabaztag aura donné la tendance pour quasiment tous les objets connectés qui suivront : lisse, brillant, simple, forte présence du blanc, apport ponctuel de couleur…

nabaztag

Comme on peut le constater, chaque décennie impose son style, sa tendance et si l’on connait son histoire, il est relativement aisé, à 5 ans prêt, de dater un objet.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, à savoir la tendance actuelle

Cette dernière étant au développement durable et à l’écologie, les designers se tournent vers les matériaux bio sourcés, l’éco-conception, des procédés de fabrication simples et intuitifs, tels que l’impression 3D. Cela engendre un type de design bien spécifique, tourné vers la simplicité des formes, la pureté de la ligne. Cependant, en parallèle, on pourra observer un style tourné vers l’organique, en réponse à la problématique environnementale, l’engouement vers le tout bio, l’ergonomie, la fonctionnalité, l’humain.

lampe connectée        flower

Décider de suivre la tendance actuelle … ou pas… repose essentiellement sur la durée de vie du produit. Pour un produit destiné à durer dans le temps, à traverser plusieurs décennies, tel un réfrigérateur ou un lave-vaisselle, on s’attachera justement à trouver des lignes plus simples, indémodables, choisir des matériaux plus durables et performants, des coloris neutres.

Si au contraire, l’objet est destiné à un usage unique ou immédiat, telle une bouteille par exemple, on pourra s’inspirer des formes, coloris, matières dans l’air du temps et réitérer l’expérience l’année d’après avec la nouvelle tendance.

En conclusion,

  • Si vous êtes dans une démarche de création/conception d’un nouveau produit, objet connecté, appareil …
  • Si vous voulez donner toutes les chances à votre projet d’intégrer un marché avec succès,
  • Si vous voulez que votre technologie / technique soit véhiculée, reconnue de tous,

Alors avoir un regard sur la tendance actuelle sera un plus pour vous. Pour vous aider dans cette démarche, pensez au designer industriel : En plus d’aller à la rencontre de toutes les équipes qui gravitent autour d’un projet, le designer industriel se tiendra informé des tendances en vigueur. Quelles soient portées par les utilisateurs ou influencées par l’évolution technologique. Le designer apporte une vision globale et différente qui lui permettra de créer un produit cohérent avec la tendance tout en étant complémentaire de la vision de l’ingénieur système ou de l’architecte produit.

En se plaçant du point de vue du consommateur, le designer est dans l’obligation de considérer le monde et son évolution afin que le produit qu’il conçoit s’inscrive dans une logique d’usage et de fonction, cohérente avec son temps. En se plaçant du point de vue du fabricant, le designer va plutôt considérer les matériaux, la faisabilité. Il va se tourner vers la technicité du produit et orienter son enquête en ce sens.

Cette veille permanente et ce double exercice permet au designer d’être plus créatif.

La tendance peut être un piège cependant

Il n’est pas tant question ici de « suivre la tendance » que de s’en inspirer. Le fait de suivre une tendance pourrait s’avérer dangereux car l’objet aurait une durée de vie limitée dans le temps. N’oublions pas que le propre des modes… c’est qu’elles se démodent !

Ne pas en tenir compte est tout aussi dangereux pour le développement de nouveau produit car le risque potentiel serait d’être considéré comme « rétro » ou « ringard ».

vel satis

Ne passer pas à côté de votre marché pour des raisons liées à l’esthétique de votre produit !

A bientôt,

Magali

[/av_textblock]